Entre Perpignan et Collioure dans les Pyrénées Orientales, chambres d’hôtes de charme dans une ancienne cave viticole, avec jardin et piscine, proche de la mer, des montagnes et de l’Espagne.

Un périple dans le Vallespir

 

Pour notre périple dans le Vallespir, nous commencerons par visiter Céret, petite ville à l’accent résolument catalan, parfaitement civilisée (!) avec son superbe musée d’art moderne, son intéressant musée des instruments de musique et son église, un bijou de l’art baroque. Il fait bon déambuler dans ses rues animées aux nombreux commerces et galeries d’art et d’artisanat et s’asseoir tranquillement à une terrasse de café pour simplement profiter du moment.

En avançant dans la vallée du Tech (D115) et en s’aventurant sur le versant sud du Canigou, nous découvrons des paysages grandioses, des forêts profondes et des vues sublimes sur la montagne, jusqu’à la mer. Les petits villages de Corsavy et Montferrer (sur la D44) sont des témoins du passé minier de la région. Nous passons par Amélie les Bains (le village médiéval de Palalda est très joli), puis Arles sur Tech (nous pouvons visiter la très belle abbaye et les gorges de la Fou). La route suit la vallée en montant et nous arrivons à Prats de Mollo, village fortifié avec un fort de Vauban qui le domine. C’est un endroit charmant, presque hors du temps. Nous pourrons continuer la route jusqu’au col d’Ares (1600 m). Le panorama est exceptionnel avec des vues sur le Canigou, sur la vallée, sur la plaine du Roussillon, et sur la baie de Rosas et sur la Garrotxa en Catalogne sud.

Nous poursuivons le périple en revenant sur nos pas et en prenant après 7 km la D44 (il est possible en suivant cette route de pousser jusqu’à Serralongue pour voir le seul conjurador en France) puis la D64 jusqu’à Saint-Laurent de Cerdans. Ce petit bourg, comme Prats de Mollo, vit – et fort bien – presque en autarcie. L’usine de tissage des Toiles du Soleil de réputation mondiale, l’atelier ‘Création Catalane’ spécialisé dans la fabrication d’espadrilles (y compris les vigatanes chères au coeur des danseurs de sardane) et la Maison du Patrimoine sont ouverts à la visite.

Evidemment, au fil des haltes, nous aurons fait le plein de fromages, de charcuterie, de biscuits ou de miel chez les producteurs et petits commerçants (comment résister, tout est délicieux). Nous aurons peut-être aussi apprécié une pause gourmande dans un bistrot de pays (comme ceux de Corsavy, de Montbolo ou de Serralongue). Loin des foules du littoral, la nature est souveraine et l’authentique règne.

 

périple dans le Vallespir, rue de Céret

périple dans le Vallespir, conjurador de Serralongue

périple dans le Vallespir, près du col d'Ares

périple dans le Vallespir, pont de Céret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *